Petit Ange et Petit Démon

Scène 3 4.jpg

Scène 3 : L' Argent

PETIT ANGE :        Bonjour

 

PETIT DÉMON :    Bien le bonjour !

 

PETIT ANGE :       Tu es parfaitement réveillé !

PETIT DÉMON :    Bah, ouais.

 

PETIT ANGE :        As-tu fait ainsi que je t’ai dit ?

 

PETIT DÉMON :     Da, oui !

                                  Tous les soirs, je me suis curé les chicots

                                  J’ai retiré tous les vieux morceaux de haricot.

                                  Maintenant, douce est mon haleine.

                                  Je me suis même donné un petit coup de peigne…

 

PETIT ANGE :        Tu as changé tes draps ?

 

PETIT DÉMON :     Je les ai lavés. Ils puaient le vieux rat.

 

PETIT ANGE :       Te sens-tu mieux ?

 

PETIT DÉMON :     Je ne suis pas plus heureux.

 

PETIT ANGE :        Je ne t’ai pas demandé si tu étais heureux,

                                  Mais si tu te sentais mieux.

 

PETIT DÉMON :     J’ai moins mal aux dents

                                  Mais je n’ai toujours pas plus d’argent.

 

PETIT ANGE :        Crois-tu qu’avoir de l’argent est la clé du bonheur ?

 

PETIT DÉMON :     Ben, en tout cas, ça ne rajoute pas du malheur.

 

PETIT ANGE :        Tu as raison.

                                  Tu as raison !

                                  Vivre dans la misère est abominable,

                                  Les souffrances de la famine intolérables.

                                  L’argent est une aberration

                                  N’engendrant qu’horreur et destruction,

                                  Mais cela est,

                                  Et tu ne peux rien y changer.

 

PETIT DÉMON :    Eh ben alors, j’ai raison de chaparder !

                                  Ceux qui en ont trop, ils n’ont qu’à partager.

 

PETIT ANGE :        En maître règne l’argent

                                  Sauf si tu en décides autrement.

 

PETIT DÉMON :    Vous venez de déclarer que je ne peux rien y changer !

 

PETIT ANGE :       Cela est faux, et cela est vrai.

 

PETIT DÉMON :    Hein ?

                                  Je n’y comprends rien.

 

PETIT ANGE :       Deux personnes à l’avis divergent

                                  Peuvent avoir tort et raison simultanément.

                                  De chaque côté, peut se trouver la vérité.

 

PETIT DÉMON :    C’est compliqué.

 

PETIT ANGE :        En tout lieu règne l’argent

                                  Sauf si tu en décides autrement.

 

PETIT DÉMON :     Quand je vais au marché,

                                  Avec des sous, je dois bien payer !

 

PETIT ANGE :       Sois créatif, aie de l’imagination !

                                  Tu as bien quelques dons…

 

PETIT DÉMON :    Si j’étais une femme, ce serait plus facile,

                                  Il me suffirait de battre de cils.

 

PETIT ANGE :        Bon, bon !

 

PETIT DÉMON :    Pardon, pardon !

                                  Vous voulez dire que je pourrais rendre un petit service ?

                                  Par exemple, si je veux manger une bonne saucisse,

                                  Je n’ai qu’à proposer au fermier

                                  De l’aider à ramasser son fumier.

                                  Ou de l’aider à s’occuper du cochon.

                                  Ouais, mais bon…

                                  Le cochon, c’est quand même une sale bête dégoûtante.

 

PETIT ANGE :        Qu’est-ce que tu inventes ?

 

PETIT DÉMON :    Je n’invente rien !

                                  Le cochon, c’est très vilain.

                                  Ça pue, ça se roule dans sa… dans son caca

 

PETIT ANGE :       Tu dis vraiment n’importe quoi !

                                  As-tu déjà vu un cochon en liberté ?

 

PETIT DÉMON :    Je dois avouer…

 

PETIT ANGE :        Les cochons enfermés, seulement tu connais.

                                  Leur enclos, bien souvent est trop étroit,

                                  Ne leur laissant d’autre choix

                                  Que de vivre dans un bourbier.

 

PETIT DÉMON :    Ouais, c’est vrai.

 

PETIT ANGE :       En tout cas, je tiens à te féliciter.

                                  Rendre service est une très bonne idée.

 

PETIT DÉMON :    Ben ouais, mais ça revient à travailler.

                                  Il n’y a pas à dire, c’est plus facile de voler.

                                  (Petit démon est distrait, il gratte sa couche )

 

PETIT ANGE :        As-tu fini ?

                                  (Petit démon boit un verre de vin)

                                  C’est très malpoli.

 

PETIT DÉMON :    Mais vous ne voudriez pas que je meure de soif !

                                  Attendez, je remets ma coiffe.

 

PETIT ANGE :        Malgré tout, je dois avouer

                                  Que, quelques progrès, tu as réalisés.

 

PETIT DÉMON :    Oui ? C’est vrai que je sens meilleur.

                                  De m’approcher, les gentes dames ont moins peur.

                                  J’arrive même à en cajoler certaines, 

                                  Et malgré ma bedaine…

                                  J’ai même pensé prendre un bain !

 

PETIT ANGE :        C’est très bien.

 

PETIT DÉMON :    Et pour l’argent, 

                                  On fait comment ?

 

PETIT ANGE :        C’est-à-dire ?

 

PETIT DÉMON :     Vous ne voudriez pas remplir

                                  Ma maigre tirelire ?

 

PETIT ANGE :       Ne provoque pas mon ire !

 

PETIT DÉMON :    Si j’ai bien compris, je dois me débrouiller.

 

PETIT ANGE :       Tu es moins sot que tu n’y parais.

                                  Pense à prendre un bain.

 

PETIT DÉMON :     Ouais, 

                                  À la Saint-Glinglin !