Petit Ange et Petit Démon

Julie-Marie Parmentier joue les deux personnages d'un spectacle qu'elle a écrit : Petit Ange et Petit Démon

Scène 2 : Corps et Âme

PETIT DÉMON :      Ah, vous voilà ! Ce n’est pas trop tôt.

                                   Depuis que vous êtes venue, je suis dans le sirop.

                                   Je ne dors plus.

                                   Je ne mange plus.

 

PETIT ANGE :         C’était pourtant une simple visite de courtoisie.

 

PETIT DÉMON :      J’ai des cernes jusqu’ici.

 

PETIT ANGE :         Que t’est-il arrivé ?

 

PETIT DÉMON :      De mon repos, je suis privé.

 

PETIT ANGE :         Et pour quelle raison ?

 

PETIT DÉMON :      J’aimerais bien le savoir, nom de nom !

                                   Je réfléchis trop, c’est ça.

 

PETIT ANGE :         Et qui crée ces pensées, d’après toi ?

 

PETIT DÉMON :      C’est moi, pardi !

 

PETIT ANGE :         De les arrêter, il te suffit.

 

PETIT DÉMON :      Mais je n’y arrive pas.

                                   Là-dedans, ça tournoie…

                                   Je repense à vos paroles.

 

PETIT ANGE :         Quelles paroles ?

 

PETIT DÉMON :      Tous les trucs que vous avez dits.

                                   Faut que ça s’arrête, pas de plaisanterie.

 

PETIT ANGE :         Comment veux-tu que je m’y prenne ?

 

PETIT DÉMON :      Ah, bah, je n’en sais rien, c’est vous la reine.

                                   Enfin je veux dire, le…la…

                                   Je pensais à …

 

PETIT ANGE :         Oui ?

 

PETIT DÉMON :     Un petit tour de magie ?

 

PETIT ANGE :         Tu crois vraiment que cela se passe ainsi ?

 

PETIT DÉMON :     Oui.

 

PETIT ANGE :         Cela n’est pas aussi simple, j’en suis désolée.

 

PETIT DÉMON :      Bon, alors, combien vous voulez ?

 

PETIT ANGE :         Tu es vraiment un ignorant, un mécréant !

 

PETIT DÉMON :      Moi, mécréant ?

                                   Je fais ma petite prière tous les jours avant le déjeuner.

PETIT ANGE :         Cela ne sert à rien de prier ainsi que tu le fais.

 

PETIT DÉMON :      Ah, bon ! Si j’avais su…

 

PETIT ANGE :         Dans tes prières, que souhaites-tu ?

                                   D’amasser des richesses, 

                                   Des femmes, obtenir des largesses ?

 

PETIT DÉMON :      Ben ouais, c’est ça.

                                   Mais, ça ne marche pas.

                                   Je vois bien qu’il y a truc qui ne va pas,

                                   Mais je ne sais pas quoi.

                                   Enfin, si. Je suis tout petit,

                                   Mes muscles sont riquiqui.

                                   Puis, je ne suis pas très beau.

                                   Je ne me sens pas bien dans ma peau.

 

PETIT ANGE :         Le problème ne vient pas de ton corps, 

                                   Mais de ton âme.

 

PETIT DÉMON :      Pourriez-vous vous expliquer, gente dame ?

 

PETIT ANGE :         Tu penses que ton âme n’aime pas ton corps

                                   Quand c’est ton corps qui n’aime pas ton âme.

                                   L’âme est telle une flamme

                                   Devant être nourrie

                                   De bonté et de générosité.

                                   Si, dans les vilenies

                                   L’âme est abandonnée,

                                   Le corps souffre d’être dépossédé

                                   Et mal-aimé.

                                   En d’autres mots, tu ne penses qu’à toi.

 

PETIT DÉMON :      Si je n’y pense pas, qui c’est qui y pensera, à moi ?

 

PETIT ANGE :         Beaucoup de monde pense à toi.

 

PETIT DÉMON :      Ah, bon ! Qui ça, qui ça ?

                                   Des hommes généreux et riches ?

                                   Des femmes aux yeux de biche ?

 

PETIT ANGE :         Pas du tout. Des gens que tu as volés.

                                   Des femmes que tu as violentées.

                                   Des enfants que tu as affamés.

 

PETIT DÉMON :      Affamer des petits enfants, ça jamais !

 

PETIT ANGE :         Tu es incorrigible.

                                   D’une médiocrité risible.

                                   Je ne peux rien pour toi.

 

PETIT DÉMON :      De moi, ayez pitié !

                                   Vous ne voudriez pas un peu me bercer ?

                                   Ce n’est pas de ma faute si je ne dors plus

                                   Depuis que vous êtes venue !

 

PETIT ANGE :         N’as-tu pas envie de t’améliorer ?

 

PETIT DÉMON :      Si.

PETIT ANGE :         De progresser ?

PETIT DÉMON :      Si.

 

PETIT ANGE :         Es-tu heureux ?

 

PETIT DÉMON :      Non, je suis plutôt très malheureux.

                                   I, i, i, i, i… (il gémit)

 

PETIT ANGE :         On ne comprend rien à ce que tu dis.

 

PETIT DÉMON :      Gni, gni, gni…

 

PETIT ANGE :         Je t’en prie !

                                   Qui détient le pouvoir de te rendre heureux, d’après toi ?

 

PETIT DÉMON :      Le gouvernement. Ah, les scélérats !

                                   Ils ne passent que des lois pourries

                                   Qui accablent tous les petits.

                                   C’est tout le temps comme ça.

                                   Ils ne pensent qu’à eux et pas à moi.

                                   Si j’étais au gouvernement…

 

PETIT ANGE :         Tu ferais pareillement.

                                   Si tu souhaites que l’on pense à toi,

                                   Donc, pour toi, tu passerais des lois.

                                   Rien qu’à toi, tu ne penserais,

                                   Comme eux, exactement, tu agirais.

                                   Tu ne peux donc pas leur reprocher

                                   Ce que toi-même, tu ferais.

 

PETIT DÉMON :      Attendez, là, j’ai un noeud.

                                   Ah, ça va mieux !

 

PETIT ANGE :         Veux-tu savoir qui peut te rendre heureux ?

 

PETIT DÉMON :      Le génie dans la lampe avec toute la fumée bleue ?

                                   Notre bon Roi ?

                                   Mon lit ?

 

PETIT ANGE :         Allons, réfléchis !

 

PETIT DÉMON :      Moi ?

                                   Eh ben, ma foi !

 

PETIT ANGE :         Cela n’est-il pas merveilleux ?

                                   De toi, il ne dépend que d’être heureux !

 

PETIT DÉMON :      Je n’avais pas pensé à ça.

 

PETIT ANGE :         Je n’en doute pas.

 

PETIT DÉMON :      Qu’est-ce que je dois faire concrètement ?

 

PETIT ANGE :         Tous les soirs, te laver les dents.

 

PETIT DÉMON :      Concrètement ?

 

PETIT ANGE :         Tous les soirs, te laver les dents !

 

PETIT DÉMON :      Vous vendez de la pâte à dents, ou quoi ?

 

PETIT ANGE :         Essaie, et tu verras.