Petit Ange et Petit Démon

Julie-Marie Parmentier joue les deux personnages d'un spectacle qu'elle a écrit : Petit Ange et Petit Démon

Scène 1 : La Rencontre

PETIT ANGE :         Toujours à ronfler dans ton lit !

 

PETIT DÉMON :      Je suis mort !

 

PETIT ANGE :         Pas encore.

 

PETIT DÉMON :      Que faites-vous ici ?

PETIT ANGE :         Allons, debout, espèce de fainéant !

PETIT DÉMON :      Je ne vous permets pas de me parler pareillement.

                                   Et puis, on ne se connaît pas, je vous ferais remarquer.

 

PETIT ANGE :         Bien sûr que si, on se connaît.

                                   N’en as-tu pas assez de passer tes nuits à boire

                                   Et tes journées endormi ?

 

PETIT DÉMON :      Je fais ce que je veux de ma vie.

 

PETIT ANGE :         Pas tout à fait.

 

PETIT DÉMON :      Ah, ouais ?

 

PETIT ANGE :         Tu as des responsabilités.

 

PETIT DÉMON :      Balivernes, billevesées…

 

PETIT ANGE :         Surveille tes paroles, espèce de polisson !

 

PETIT DÉMON :      Pardon, pardon !

                                   Mais pourquoi que vous êtes venue m’embêter ?

                                   Je veux dormir, je suis fatigué.

 

PETIT ANGE :         Allez, allez,

                                   Ce sont des simagrées.

                                   Pour courir les gentes dames, tu n’es pas fatigué

                                   Ni pour te rendre au tripot et commettre d’horribles méfaits.

 

PETIT DÉMON :      D’horribles méfaits,

                                   Comme vous y allez !

 

PETIT ANGE :         Tu dors dans de bien jolis draps.

 

PETIT DÉMON :      Vous aimez ? Ils sont beaux, n’est-ce pas ?

 

PETIT ANGE :         D’où viennent-ils ?

 

PETIT DÉMON :      Euh… De Sicile.

                                   Ils viennent de chez mon ami, le roi.

 

PETIT ANGE :         Vraiment ? Explique-toi.

 

PETIT DÉMON :      Disons que… je les ai empruntés.

 

PETIT ANGE :         C’est bien ce que je pensais !

 

PETIT DÉMON :      Qu’est-ce que c’est que ces a priori ?

                                   Empruntés, j’ai dit.

 

PETIT ANGE :         Quand comptes-tu les rendre ?

 

PETIT DÉMON :      Je pensais d’abord les vendre.

                                   Mais, non, je plaisantais,

                                   Je les rendrai…

 

PETIT ANGE :         Eh bien, voilà !

 

PETIT DÉMON :      Il en a plein des draps, le Roi !

                                   Moi, je n’ai qu’une couverture mitée,

                                   Et lui, des courtepointes brodées

                                   En soie et en satin surpiqués,

                                   Quand moi, j’ai de la jute, pire que du poil à gratter.

                                   Vous avez vu l’état de ma cahute ?

                                   Elle grince, elle couine, elle craque de partout.

                                   C’est à se demander comment elle tient debout.

                                   Quand il pleut,

                                   Je suis noyé.

                                   Puis, quand il y a du vent de tout côté,

                                   Je dois tenir les planches pour pas que ça fiche le camp

                                   Pendant des heures et des heures, c’est éreintant.

                                   Alors, j’ai bien le droit d’avoir des beaux draps,

                                   C’est tout ce que j’ai pour moi. 

                                   Ah, et puis, tenez, zut !

 

PETIT ANGE :         Mais tu es en colère, dis-moi.

 

PETIT DÉMON :      Ouais, c’est injuste !

 

PETIT ANGE :         Qui t’a dit que la vie était juste ?

 

PETIT DÉMON :      Y’en a qui ont tout et moi j’ai rien,

                                   Et je devrais accepter ça comme un chien ?

 

PETIT ANGE :         Je ne t’ai pas dit que tu devais l’accepter.

                                   Mais cela ne signifie pas non plus voler.

 

PETIT DÉMON :      Et comment que je dois faire, alors ? L’équilibre,

                                   Il faut bien le rétablir.

 

PETIT ANGE :         Tu es libre.

                                   Tu sais réfléchir.

                                   Tu es un être sensible.

 

PETIT DÉMON :      J’ai la larme facile. Ça ouais, je suis très sensible.

 

PETIT ANGE :         Tu es surtout d’un égoïsme insensé !

 

PETIT DÉMON :      Hein ? Alors, ça, c’est…

                                   La dernière fois,

                                   Ne suis-je pas allé dans le potager de monsieur Dubois

                                   Pour le débarrasser de ses petits pois ?

                                   Le pauvre ! Il est vieux, il a mal aux doigts.

                                   Ainsi, il n’aura pas à les écosser.

 

PETIT ANGE :         Tu les as tous mangés.    

 

PETIT DÉMON :      Et le père Tarame.

                                   Ne me suis-je pas occupé de sa femme ?

                                   Elle était toute triste. Maintenant, elle saute partout comme un cabri.

 

PETIT ANGE :         C’est du joli !

 

PETIT DÉMON :      Ben oui,

                                   C’est très joli.

                                   Je fais le bien.

                                   Je pense à mon prochain.

                                   J’ai même sauvé une brebis 

                                   Qui était tombée dans le lac non loin d’ici.

 

PETIT ANGE :         Et qu’en as-tu fait, après ?

PETIT DÉMON :      Je l’ai vendue au boucher.

                                   J’allais pas la laisser s’échapper

                                   Au fin fond de la forêt !

 

PETIT ANGE :         Tu ferais mieux de réfléchir un peu à ton comportement.

 

PETIT DÉMON :      Et qu’est-ce qu’il a, mon comportement ?

 

PETIT ANGE :         De honte, n’éprouves-tu jamais ?

 

PETIT DÉMON :      Non. Pourquoi, faudrait ?

 

PETIT ANGE :         Je m’en vais !

 

PETIT DÉMON :      Attendez…

                                   D’abord, pourquoi que vous êtes venue ?

 

PETIT ANGE :         Tu le sauras en temps voulu.

 

PETIT DÉMON :      Qu’est-ce que je dois faire, alors ?

 

PETIT ANGE :         À personne ne dois-tu causer de tort.

 

PETIT DÉMON :      Et moi, je ne compte pas, c’est comme si j’étais mort !

 

PETIT ANGE :         À personne… ne dois-tu causer de tort.

 

PETIT DÉMON :      Bon, ben, chao !

 

PETIT ANGE :        À bientôt.