Château hanté de rêves

Dans un château, une jeune fille fait un songe ...

Poème en alexandrins que j'ai écrit :

LE SONGE DE LA JEUNE FILLE

Ah ! J’ai cru un instant… Un rêve, une chimère,

Que je n’étais pas seule. Un rayon de lumière

Dans le feuillage. Une ombre égarée au loin.

Je me souviens. Oh oui ! Je me souviens…

 

Tendres frissons de l’herbe haute sur mes mollets.

Par la translucide rosée, les pieds mouillés.

Les sinuants sentiers poudrés de brouillard.

Les joncs, iris et roseaux courbés sur les mares.

 

Jadis, ah ! Jadis ! Humer le vent, le lécher.

À l’intérieur de mon âme, l’entendre chanter.

Accueillir de son langage mystérieux

Les tressaillements, les secousses fiévreux.

 

Avec lui, le paysage s’offre en un livre

Limpide, éblouissant pour nos jambes ivres.

Les secondes éclatent en des perles de verre,

Et nous nous envolons bien loin de cette Terre.

 

Que le temps devienne une terre inexplorée

Sur laquelle croissent mes rêves, libérés.

Mes espoirs, tels les originels campements,

En seront les plus fermes et solides fondements.

 

Alors, jamais n’aurai-je besoin de voyager.

Mon esprit contiendra l’Univers entier.

Les innombrables routes, au hasard empruntées,

Par mon imagination, les élèverai.

 

Mes rêves et mes espoirs seraient mes aventures.

Aucun besoin ni de bijou ni de parure,

Car les écailles des poissons brillent au soleil,

Partout surgissent le scarabée et l’arc-en-ciel.

 

Dans les nuages, je dormirai au firmament.

Mes vêtements, nés de la caresse du vent.

Ma traîne : un long fleuve étincelant de lumière.

À l’oreille, ses cristaux me murmure la neige,

Révélant ses secrets et modestes prières.

Les empreintes des animaux, déchiffrerai-je.

 

Chaque jour unique, car il n’existerait pas.

Je fondrai les secondes, les heures et les mois

Dans l’insaisissable immensité du Cosmos.

Mais, de moi, sans doute, cette fantaisie se gausse.

 

Et je suis seule, bien seule. Cependant, il me semble…

Est-ce un songe perfide, ne rêvé-je pas ?

Est-ce possible ? Est-ce vraiment vous, devant moi ?

Oh, mon pauvre coeur, ne t’affole, ni ne tremble.

 

Ou plutôt, mon ange chéri, envole-toi.

Avant que ce lieu ne devienne mon tombeau

Vis tes derniers moments, tes ultimes émois.

Chante, crie au ciel, vif et guilleret passereau.

Pose-toi de l’autre côté, sur cette main.

Venez, approchez, il suffirait d’un rien…

 

Rompez cette toile, que je connaisse un coeur doux,

Une âme chaleureuse, un lit tendre, accueillant,

Une paume sur moi, un souffle palpitant.

Alors, le monde, je verrai à travers vous.

 

Déjà vos poumons s’enfler, se gonfler, je sens

Dans ma poitrine votre coeur, mes veines votre sang.

Quelle poussière soulève ma voix à l’instant ?

Quel est ce maintenant, lentement s’effritant ?

 

Sommes-nous dans mon temps, incertain, indécis,

Ou dans le vôtre, finissant, à l’agonie ?

Oui, je le sens, rien, plus rien ne nous sépare.

Daignez, de votre maintenant, que je me pare !

 

Même si je ne suis plus, tout est aboli,

Les siècles et les siècles sont anéantis.

Entre nos deux âmes, la frontière est brisée.

Désormais, grâce à vous, je m’épanouirai.

Julie-Marie Parmentier interprète Le Songe de la jeune fille

Dans cette série, Château hanté de rêves, Le Songe de la jeune fille est le prologue.

Il est suivi par trois autres épisodes muets :

Le Réveil

Julie-Marie Parmentier interprète Le Réveil
Julie-Marie Parmentier interprète Le Réveil
Julie-Marie Parmentier interprète Le Réveil

La Lettre

Julie-Marie Parmentier interprète La Lettre
Julie-Marie Parmentier interprète La Lettre
Julie-Marie Parmentier interprète La Lettre

La Clé

Julie-Marie Parmentier interprète La Clé
Julie-Marie Parmentier interprète La Clé
Julie-Marie Parmentier interprète La Clé

J'ai créé et réalisé cette série, ainsi que toutes les autres dans Le petit Théâtre de Julie-Marie, toute seule. C'est à dire que j'écris les textes (quand il y en a !), je me filme (je fais donc beaucoup d'essais et d'allers-retours entre la caméra et la scène), je m'occupe des costumes (y compris le raccommodage, aïe, aïe, aïe !), des décors, du son, je réalise, je monte et... je me débrouille. Je fais des bêtises et beaucoup d'erreurs, mais je m'efforce de transformer toutes ces faiblesses en force. 

Cette manière de faire m'apporte une liberté qu'il me serait impossible de goûter autrement. 

 

 

 

Si votre curiosité est aiguisée, vous pouvez voir cette série ici !

 

En attendant, voici quelques autres photos en bonus :

Julie-Marie Parmentier interprète Château hanté de rêves
Julie-Marie Parmentier interprète Château hanté de rêves
Julie-Marie Parmentier interprète Château hanté de rêves
Julie-Marie Parmentier interprète Château hanté de rêves